Mes lectures

La mémoire de Babel, Christelle Dabos

La Passe-miroir tome 3,

 

Une saga miroitante, un coup de cœur affirmé ! 

 

Edition : Gallimard / Auteur : Christelle Dabos / Pages : 482/ Prix : 18 euros / Date parution : 2017

 

Le voilà enfin, mon billet qui va dégouliner d’amour ! Préparez-vous car ce livre fait battre mon cœur, m’enchante, à frapper mon âme de lectrice fantastique. Ce troisième opus va au delà de mes attentes et je trépigne d’avoir la suite. Alors commençons voulez-vous ?

Pour ceux qui ne connaisse-absolument pas la série, je ne peux que vous conseiller de lire l’article consacré au premier tome, les fiancés de l’hiveravant de poursuivre. Une suite est une suite et je ne voudrais pas maladroitement gâcher votre découverte. Ceci dit je vais tenter de vous résumé ce petit bijou sans dévoiler quoique ce soit. Mission ardue mais je m’en acquitte ( du moins j’essaye).

source image : passe-miroir.com

Dans le tome 2, nous avions laissé a contre-coeur Ophélie désemparé et meurtri par la disparition de son mari, Thorn. Nous la retrouvons deux ans et sept mois plus tard sur son arche natale, entouré de sa famille mais seule dans son âme. Son musée a fermé ses portes définitivement, ordre des Doyennes. Contrainte de participer aux activités familiales, Ophélie se languit. D’autant plus qu’elle est surveillée par les anciennes au service de Dieu. Ressassant sans cesse ses découverte sur le livre de Farouck, comptant les jours depuis la disparition de Thorn, elle n’hésite pas une seconde quand, enfin, Archibal la délivre de sa prison. Elle est décidée, si Thorn ne daigne pas venir à elle, elle ira à lui. Ses recherches commencent là où d’après elle tout à commencé. Sous une fausse identité, seule elle se rend sur l’arche de Babel. Une arche cosmopolite où l’élite demeure. Moderne et dépaysant, Ophélie devra se débrouiller, armé de son écharpe et de ses dix doigts, elle tentera de remonter à la source et d’éviter les embûches. Là-bas elle compte bien non seulement découvrir le secret de Dieu mais aussi retrouver son mari. Mais Thorn a-til eu les mêmes déductions que cette dernière ? Rien n’est moins sur, deux ans ce sont déjà écoulés


Mon avis : 

Une suite qui libère enfin Ophélie. De petite fiancée maladroite, craintive, elle évolue en femme déterminée et affirmée. Cette quête, qu’elle entreprend seule, la pousse dans ses retranchements. Elle ne sera aidée de personne, secouru d’elle même, elle grandit sous nos yeux. Un roman qui met en avant l’affirmation d’une femme en tant qu’individu, délaissé par l’entité du mari, elle s’émancipe de tout ce qui la retenait au Pôle. Un roman ou l’héroïne est pourvu de défaut et qui tire sa force d’un refus de l’abandon. Mais c’est aussi  la soif. Une soif de vérité est au cœur de l’intrigue. Qui est Dieu ? Est-il dangereux ? Qui est l’autre ? Les rêves d’Ophélie en sont-ils ? A-t-elle réellement libérer cette terrible menace évoquer par Dieu ?

Des questionnements toujours des questionnements et c’est là le grand talent de Christelle Dabos. On veut savoir, on ne lâche pas le bouquin. Deux ans de vide, première surprise, on ne reprend pas l’histoire où elle s’était arrêtée. Des années perdus pour Ophélie, et pour nous aussi. Pourtant très vite les événements se bousculent. Nous quittons Anima  pour débarquer sur une autre arche, Babel, pour mon plus grand plaisir. Il aurait été dommage de s’arrêter au Pôle et à Anima, alors que le monde  créé par Christelle Dabos déborde de création à avaler sans modération. Babel est une  arche a l’inspiration antique et moderne. Des élites, des érudits, des jardins, des toges, un mélange pour le moins réussis. Avec ces monuments, sa bibliothèque, son école, l’arche nous trouble. Un lieu, où l’on enseigne l’excellence, où le savoir est placé au dessus de tout, connaît la censure. Un lieu de mémoire qui sélectionne les souvenirs. Voilà où l’enquête d’Ophélie commence. On y découvre de nouveau personnages, de nouveaux esprit de famille et une nouvelle autorité, Lux. Mais la nouveauté s’entrelacent efficacement avec le passé, car nous retrouvons aussi nos anciens compères du Pole, Archibal, Gaël, La tante Rosalie. Grâce à différent point de vue, on suit l’évolution d’Ophélie mais également des autres, car leur différents objectifs semble liés. Les choses se mettent en place pour nous laisser sur les fesses sur la fin.

De rebondissement en rebondissement, on grappille des pistes de réponse à notre plus grand plaisir pour ensuite être frustré quand on tourne la dernière page. On en sait un peu plus sans en savoir assez pour nous repaître goulûment de ces mystères. Une saga envoûtante, originale, aux affluences multiples mais qui fait mouche. Jamais déçu toujours conquis semble être le credo de ce troisième opus. Mon cœur cependant attend avec grande impatience le prochain et dernier tome !

Pour celles et ceux qui n’aurait même pas ouvert le tome 1 … Que l’écharpe vous punisse vous devez lire cette saga fantastique elle vous charmera. Pour les autres que l’écharpe vous câline en attendant le prochain !

Mes salutation babélienne !

 

 

 

 

Publicités

2 commentaires sur “La mémoire de Babel, Christelle Dabos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s